Mesures

Les mesure des gaz d’échappement

Les gaz d’échappement sont des produits de résidus gazeux qui résultent d’un processus de combustion. Ils contiennent notamment du monoxyde de carbone, du monoxyde et du dioxyde d’azote et des particules fines qui sont cancérogènes.

Si les gaz d’échappement entraînent une pollution environnementale (à laquelle est exposée la majorité de la population), il existe des situations professionnelles entraînant des expositions largement supérieures à celle de la population générale.

 

Mesure Gaz

Principales professions subissant des expositions aux gaz d’échappement :

  • Salariés travaillant dans des espaces confinés (ex: utilisateurs d’engins à moteurs diesel pour la réalisation de travaux souterrains, conducteurs de chariots automoteurs diesel passant un temps notoire à l’intérieur d’entrepôts) ;
  • Travailleurs chargés de l’entretien ou du contrôle technique des véhicules à moteur ;
  • Conducteurs d’engins (ex: chantiers, industrie extractive, de tracteurs agricoles, de poids lourds ou véhicules légers) ;
  • Personnel travaillant à proximité de véhicules et engins (ex : voie publique, cabines de péage ou les parkings) ;
  • Utilisateurs de petits moteurs à essence (ex : petits groupes électrogènes, disqueuses, tronçonneuses ; exposés à des gaz d’échappement particulièrement riches en monoxyde de carbone).

Pour se prémunir des risques liés à ces gaz, une ventilation et des EPI adéquats sont nécessaires.

Pourquoi est-il indispensable d’effectuer les mesures des gaz d’échappement ?

L’évaluation des risques doit permettre de repérer les situations de travail durant lesquelles le personnel est exposé aux gaz d’échappement. Les conditions d’exposition doivent obligatoirement être mesurées, afin de permettre la mise en œuvre de mesures techniques et organisationnelles adaptées.

AVEC Ingénierie vous accompagne dans l’audit et l’analyse de votre problématique via la réalisation de ces mesures des gaz d’échappement émis par vos engins.

Les résultats des mesures font l’objet d’un rapport détaillé permettant de mieux connaître l’exposition des travailleurs à ces polluants et de les en prémunir par la mise en place de mesures correctives.

Les mesure de poussières

Les mesures de poussières permettent de :

  • mesurer la concentration en poussière (inhalable et alvéolaire) ;
  • mesurer l’efficacité de la filtration ou du dépoussiérage ;
  • contrôler les dépoussiéreurs et les systèmes de surveillance de la ventilation.

Et de mettre en place les mesures correctives le cas échéant. AVEC Ingénierie vous accompagne tout au long de ces démarches et vous aide à trouver des solutions efficaces et rapides à mettre en œuvre.

AVEC Ingénierie, titulaire de l’Accréditation catégorie C

L’accréditation catégorie C (attribuée par le Ministère du Travail) concerne les locaux à pollution spécifique (présence de poussières inhalables et alvéolaires).

Les poussières inhalables pénètrent dans le corps humain par voie respiratoire. Les particules d’un diamètre supérieur à 5µm se déposent de manière prépondérante dans la région nasopharyngée, avant d’être éliminées. Plus fines, les poussières alvéolaires atteignent les zones les plus profondes des poumons (les alvéoles) ; elles représentent généralement « de 10 à 20% de la fraction de poussières inhalables ».

C’est pourquoi, l’exposition aux poussières alvéolaires (et inhalables dans une proportion plus faible) peut provoquer un phénomène de surcharge pulmonaire. Ce mécanisme aigu ou chronique est lié à la capacité limitée d’épuration du poumon.

 

Quels sont les moyens de prévention et protection ?

En relation avec les dispositions du Code de travail on peut relever :

  • des moyens techniques (la captation, la filtration, la brumisation) ;
  • des mesures organisationnelles (surveillance et contrôle : automate de pilotage d’installation, caméra) ;
  • des pratiques et habitudes comportementales (mise en œuvre régulière des séances de formation et d’information sur les mesures de prévention et protection à respecter) à déployer dans les industries extractives[4].

 

Comment maîtriser les risques liés aux poussières ?

Pour chacun des Groupes d’Exposition Homogène (GEH) dont l’évaluation de risques conclut à un « risque élevé», l’employeur est censé effectuer au minimum une mesure annuelle.

Cette mesure respecte les conditions suivantes :

– effectuée à poste fixe ou mobile (équipement de prélèvement porté par le travailleur) dans chacun des locaux à pollution spécifique qui sont caractéristiques du GEH ;

– durée de prélèvement représentative de l’activité quotidienne moyenne dans le(s) local(aux) à pollution spécifique ;

– prélèvements et analyses des échantillons effectués :

  • soit par un organisme accrédité ou agréé de catégorie C ;
  • soit par un laboratoire interne ou externe en suivant un protocole reconnu par la profession (ex : Dust Monitoring Protocol d’IMA-Europe) ; dans ce cas, le degré de fiabilité des résultats (incertitude,….) est connu.

– mise à jour de l’évaluation des risques dès que : modification des méthodes et/ou conditions d’exploitation, modifications des caractéristiques du gisement, nouveau poste de travail, nouvelle machine source de poussières, etc. (R. 4412-5 et R. 4121-2).

Le recours à des organismes agréés par le Ministère du Travail résulte de dispositions réglementaires ?

Ce recours n’est pas obligatoire pour l’ensemble des vérifications périodiques réalisées dans les entreprises ; en revanche il sera prescrit en cas de contrôle effectué sur mise en demeure de l’inspection du travail, ou bien pour vérifier le respect des valeurs limites de concentration dans l’atmosphère de certaines substances.

 

Les mesures périodiques réglementaires en ventilation de chantier

AVEC Ingénierie effectue les mesures réglementaires périodiques d’aérage et de ventilation imposées dans la recommandation R.494 et, dans le cas des chantiers du Grand Paris Express, le DTE 266 de la CRAMIF (« Grand Paris – Travaux souterrains – Socle d’exigences minimales en matière de prévention des risques professionnels »).

 

Ces prestations incluent :

  • Mesure de la répartition des débits d’air sur l’ensemble du chantier ;
  • Mesure du point de fonctionnement des ventilateurs ;
  • Mesure des pressions d’air et des températures d’air ;
  • Dépouillement des mesures, calculs des débits d’air ;
  • Analyse des résultats, fonctionnement des ventilateurs et bilan d’aérage ;
  • Fourniture d’un rapport détaillé de mesures avec plan d’aérage réglementaire